Prenez rendez-vous 418.573.7247

Les 10 raisons pour éviter les substituts de sucre

aspartame

Les substituts de sucre contiennent très peu ou pas de calories alors les personnes voulant restreindre leur apport énergétique ou celles cherchant à limiter leur consommation de sucre se tournent parfois vers les édulcorants artificiels aveuglement.

On les retrouve dans une vaste gamme de produits alimentaires comme par exemples :

  • le yogourt maigre et les poudings,
  • la gomme sans sucre,
  • les boissons gazeuses et autres boissons aux fruits,
  • les barres de chocolat ou les barres protéinées,
  • les substituts de repas liquides,
  • les confitures et confiseries,
  • les céréales et les desserts du commerce,
  • les sachets pour sucrer le café.

Même pour celui qui ne cherche pas à les consommer, il est difficile d’éviter complètement ces substances à saveur sucrée sans bien lire la liste d’ingrédients des produits achetés. À eux seuls, l’aspartame et le sucralose entrent dans la composition d’environ 10 000 produits commercialisés dans le monde (aspartame : 6 000, sucralose : 4 000). Les édulcorants de synthèse portent deux noms : un nom générique et un nom de commerce. Voici les principaux : Sucralose (Splenda), Acésulfame-potassium (Sunnet), Aspartame (Nutrasweet, Egal/Equal, Canderel).

Même si les études pour confirmer la sécurité ou la nocivité des substituts de sucres sont pour certaines en cours et peuvent encore au être au stade théorique, voici les 10 raisons pour les éviter dès maintenant pour ne pas prendre de risques avant que les chercheurs arrivent à un consensus valide.

1. Selon un article scientifique publié en 2008, la consommation d’aspartame durant toute une vie augmente probablement le risque de cancer. Personne ne devrait consommer de boissons ou d’aliments contenant de l’aspartame, particulièrement les jeunes enfants […]. Deux autres édulcorants artificiels, la saccharine et l’acésulfame-potassium ont également été reliés à une augmentation du risque de cancer.

2. La clinique Mayo affirme que l’aspartame est l’un des déclencheurs possibles de la migraine, au même titre que la caféine, le chocolat, l’alcool – la bière et le vin rouge, surtout – et le glutamate monosodique.

3. Une étude dont les résultats ont été publiés en août 2008 dans la revue Obesity a démontré que les personnes de poids normal qui prenaient plus de 21 cannettes de boissons gazeuses contenant de l’aspartame par semaine couraient deux fois plus de risques de faire de l’obésité que celles qui ne prenaient aucun édulcorant.

4. L’ingestion quotidienne de sodas de régime a été associée à une augmentation du risque de souffrir du syndrome métabolique. Celui-ci désigne la présence d’un ensemble de signes physiologiques qui accroissent le risque de diabète de type 2, de maladies cardiaques et d’accident vasculaire cérébral.

5. Il y aurait un effet psychologique faisant en sorte que les gens remplaceraient les calories «épargnées» par des aliments riches en gras.

6. Il y aurait aussi un effet biologique faisant en sorte que les édulcorants tromperaient le cerveau, créant un sentiment d’insatisfaction et poussant les gens à ingérer plus de calories

7. Les édulcorants n’apportent aucune valeur nutritive à l’alimentation.

8. Le goût sucré se retrouve naturellement dans les fruits et plusieurs autres aliments non transformés et apporte une meilleure satisfaction que la consommation de substituts de sucre.

9. La consommation de petites quantités de vrais sucres raffinés est sans danger sur la santé et acceptable à l’intérieur d’une alimentation équilibrée à base de produits frais provenant des quatre groupes alimentaires.

10. Les meilleurs choix de sucres à consommer en petites quantités à la fois sont le sirop d’érable et son sucre, le miel non-pasteurisé, la mélasse, les concentrés de fruits sans ajout de sucre blanc (ex : confiture sans sucre), les pâtes de fruits séchés. Cinq millilitres de ces sucres ajoutés à son café ou à son yogourt nature est tout à fait acceptable dans la mesure que l’ajout de ceux-ci ne réduise pas la consommation d’autres aliments nutritifs provenant des 4 groupes alimentaires.

(Visited 232 times, 1 visits today)

Laissez un commentaire