Le syndrome du côlon irritable (SCI)

Le syndrome du côlon irritable (SCI) Mise au point sur l’alimentation

Le syndrome du côlon irritable (SCI) et l’alimentation

Le SCI est un trouble digestif fonctionnel dont les causes ne sont pas encore bien démontrées. Il touche 13 à 20% des Canadiens et plus souvent les femmes que les hommes.  Ce syndrome provoque des symptômes tels que des douleurs abdominales, des ballonnements, des flatulences, de la constipation et/ou de la diarrhée.

Différents facteurs peuvent affecter les symptômes du SCI tels : le stress physique et émotif, les problèmes d’intolérances et d’allergies alimentaires, les mauvaises habitudes alimentaires, la malabsorption des acides biliaires, l’horaire des repas, la fréquence d’activités physique, la consommation d’alcool et certaines maladies.  Le rôle de l’alimentation dans le soulagement des symptômes est prédominant et voici les aspects nutritionnels à surveiller dans le traitement du SCI.

Il est important de fractionner ses prises alimentaire en trois repas légers et trois collations.  Il est indiqué de manger lentement, bien mastiquer et allouer suffisamment de temps pour la digestion avant d’initier une activité physique afin de conserver le même horaire de repas et d’activités de jour en jour pour habituer le corps à une routine.

Une variété d’aliments sont connus pour être irritants et exacerber les symptômes.  Il devient utile d’écrire un journal alimentaire et noter les réactions suite à certains aliments. Selon des récentes études, certains aliments comme ceux-ci, sont reconnus pour irriter plus particulièrement les intestins: produits laitiers, blé, caféine, chou, oignon, pois, légumineuses et aliments épicés, fumés et ceux riches en matières grasses. 

Certaines personnes doivent éviter la gomme à mâcher et boissons gazeuses. Aussi, ils devront ne pas boire en mangeant ni boire avec une paille. La prise de deux litres d’eau par jour répartie entre les repas est encouragée.

Le choix de types de fibres est à considérer. Une amélioration des symptômes est souvent vue en augmentant graduellement la consommation de fibres solubles comme l’avoine, le quinoa, et le psyllium.  Au contraire, la prise de fibres insolubles comme celles retrouvées dans le pain de blé entier et les céréales avec son de blé peuvent augmenter les symptômes du SCI.

En plus des aliments cités plus hauts, les aliments riches en FODMAP (fermentescible, oligosaccharides, disaccharides, monosaccharides et polyols) sont souvent incriminés dans le SCI.  Ils contiennent des glucides peu absorbés dans l’intestin qui retiennent l’eau, fermentent rapidement et par conséquent, augmentent les symptômes du SCI. Certaines personnes éprouveront un soulagement en restreignant la quantité totale des aliments contenant des FODMAP, d’autres devront les éliminer pour une période de 2 à 8 semaines pour ensuite les réintroduire graduellement un à la fois en petite quantité permettant mieux d’identifier sa tolérance individuelle.  Les aliments qui contiennent ces fameux FODMAP comprennent plusieurs fruits et légumes, des produits laitiers,  certains produits céréaliers comme le blé, certaines légumineuses et certains sucres dont les sucres-alcools et le fructose.  Ce sont tous des aliments qui peuvent être substitués par d’autres aliments pendant la durée d’abstinence afin de limiter les carences nutritionnelles. 

Les diététiste-nutritionniste sont là pour vous aider à chaque étape de votre démarche. Nous sommes un service essentiel alors nous pouvons vous rencontrer à distance ou en présentiel. Il suffit de prendre rendez-vous, Il nous fera plaisir de vous aider!

Références: 
  1. Société canadienne de recherche intestinale, Mois de sensibilisation au SII. https://badgut.org/centre-information/sujets-de-a-a-z/sensibilisation-au-sii/?lang=fr, page consultée le 21 mars 2022
  2. Böhn L, Störsrud S, Törnblom H, Bengtsson U, Simrén M. Self-reported food-related gastrointestinal symptoms in IBS are common and associated with more severe symptoms and reduced quality of life. Am J Gastroenterol. 2013 May;108(5):634-41.
  3. Monsbakken KW, Vandvik PO, Farup PG. Perceived food intolerance in subjects with irritable bowel syndrome– etiology, prevalence and consequences. Eur J Clin Nutr. 2006 May;60(5):667-72.
  4. McKenzie YA, Bowyer RK, Leach H, Gulia P, Horobin J, O’Sullivan NA, Pettitt C, Reeves LB, Seamark L, Williams M, Thompson J, Lomer MC; (IBS Dietetic Guideline Review Group on behalf of Gastroenterology Specialist Group of the British Dietetic Association). British Dietetic Association systematic review and evidence-based practice guidelines for the dietary management of irritable bowel syndrome in adults (2016 update). J Hum Nutr Diet. 2016 Oct;29(5):549-75.
  5. Heizer, W., Southern, S. & McGovern, S. « The Role of Diet in Symptoms of Irritable Bowel Syndrome in Adults: A Narrative Review » The Journal of the American Dietetic Association 2009 109:1204-1214.
  6. Gibson PR, Shepherd SJ. Evidence-based dietary management of functional gastrointestinal symptoms: The FODMAP approach. J Gastroenterol Hepatol. 2010 Feb;25(2):252-8.
(Visited 384 times, 1 visits today)