Les repas plaisirs : Apprendre à écouter et répondre à ses sensations alimentaires et dire non aux régimes.

Les régimes strictes ne fonctionnent pas. Pourquoi ? La restriction cognitive, c’est-à-dire l’intention de contrôler son comportement alimentaire dans le but de maîtriser son poids, suppose une vigilance permanente. Paradoxalement, les mangeurs en restriction finissent par manger plus que les mangeurs qui écoutent leurs sensations.

Comme on ne peut pas maintenir sa vigilance éternellement, ils vont manger trop dès qu’ils relâchent leurs efforts. La seule solution, c’est d’apprendre à manger avec ses propres sensations.

Des personnes qui ont des problèmes de poids peuvent avoir aussi des problèmes d’émotions. Lorsqu’elles sont confrontées à une émotion qu’elles ne savent pas gérer, elles mangent. Et il ne s’agit pas forcément de détresses les plus profondes ou des plus grands chagrins : l’émotion qui fait le plus manger, c’est l’ennui. « Quand je faisais des régimes on me disait de m’occuper, mais on ne peut pas être actif en permanence alors il faut apprendre à accepter l’ennui ». Ce travail vise à diminuer l’impulsivité alimentaire (le réflexe de se précipiter sur la nourriture dès qu’on a un problème) et à augmenter la tolérance émotionnelle. Les bénéfices de cette démarche s’étendent au-delà de l’alimentation.

Qu’est-ce qui empêche de respecter ses sensations ? Outre la restriction cognitive et les émotions, il peut tout simplement y avoir l’inattention : on mange devant la télé, en travaillant ou en lisant, et on ne se rend pas compte qu’on a plus faim.  D’ailleurs, parfois on ne réalise même pas que l’on a mangé. Or, l’attention est très importante dans le processus de rassasiement, et plus encore pour ressentir la satiété.

Le problème le plus fréquent dans la rééducation alimentaire, c’est d’avoir du mal à reconnaître la satiété. On peut en venir à bout grâce aux exercices de dégustation en pleine conscience (voir l’article pleine conscience) qui demandent de se concentrer sur ses sensations alimentaires. Le plaisir de manger des aliments que l’on aime augmente la satisfaction et aide à ressentir la satiété.

 

Références:
  1. La chronique L’alimentation intuitive et ses 10 principes diffusée à l’émission de culture et d’actualité scientifique Futur simple à CKRL 89,1 par Karine Gravel et Valérie Levée à l’animation le 20 septembre 2012.
  2. Henderson ZB, Fox JRE, Trayner P, Wittkowski A. Emotional development in eating disorders: A qualitative metasynthesis. Clin Psychol Psychother. 2019 Jul;26(4):440-457. doi: 10.1002/cpp.2365. Epub 2019 Apr 25. PMID: 30889630; PMCID: PMC6766861.
  3. Dulloo, A. G., Jacquet, J., & Montani, J.-P. (2012). How dieting makes some fatter: from a perspective of human body composition autoregulation. Proceedings of the Nutrition Society, 71(3), 379-389. doi:10.1017/s0029665112000225
(Visited 419 times, 1 visits today)